Écologie,  Articles,  Économie

Crédit coopératif : une banque citoyenne

C’est une banque coopérative à la gouvernance démocratique.  Elle a été pionnière dans les placements éthiques. Maintenant elle appartient  au groupe banque populaire. Ce qui pose problème.

Le crédit coopératif a été créé en 1893. Il finance  les coopératives, les associations et les mutuelles. C’est une coopérative. Donc le fonctionnement est démocratique. C’est-à-dire qu’une personne a une voix quel que soit le nombre de parts détenues. Et depuis 2001, les particuliers peuvent accéder au capital . Par conséquent les clients sont sociétaires de la banque.  Le crédit coopératif finance l’économie sociale et solidaire mais aussi l’écologie. On peut citer France nature environnement ou Surfrider qui défend les océans.  Dès 1983, il a proposé des placements éthiques. Actuellement il y a le «  livret agir » dont la moitié  des intérêts est versée à une association que l’on choisit. Aujourd’hui de nombreuses banques s’y mettent. Cependant la banque postale par exemple ne propose aucun placement éthique. 

Un autre principe est la traçabilité et la transparence. Ainsi le crédit coopératif paie ses impôts en France. Il s’interdit tout produit spéculatif et exclut tout commerce avec les paradis fiscaux. Cependant  on peut penser que son appartenance, depuis 2002, au groupe banque populaire pose problème. En effet Natixis est aussi une filiale de ce groupe. Or elle a eu de démêlées judiciaires. C’est aussi une banque d’affaires et de marché. Et  les conseillers du crédit coopératif sont obligés de proposer ses produits financiers. 

Au-delà du crédit coopératif,  Il y  a aussi  la Nef. Celle-ci gère des dépôts à terme et des comptes d’épargne.  Cependant elle ne propose pas des moyens de paiement. Créée en 1978 sous une forme associative  puis en tant  que banque en 1988, elle revendique aujourd’hui 40661 sociétaires. La Nef attire des écologistes et soutient Biocoop (magasins biologiques), Enercoop (producteur d’énergie verte) et Terres de liens (agroécologie).

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *